Genèse du café

En février 2017, la première édition du café de l’éducation voyait le jour :
Pourquoi cet événement régulier a-t-il été créé ?
Porté par qui et dans quel objectif ?

Répondre à une attente : un lieu de rencontre où parler d’éducation.

    Le point de départ, la conceptualisation d’une idée déjà en germe dans l’esprit du correspondant académique     du – CRAP – Cahiers pédagogiques (Cercle de Recherche et d’Action pédagogiques), se situe exactement lors du dernier Salon de l’Education, en décembre 2016, co-organisé par la Ligue de l’Enseignement et la Région. Tenant un stand de présentation de la revue, Daniel COMTE, interroge les nombreux passants qui feuillettent les « Cahiers » sur l’intérêt d’un lieu de rencontre où parler de l’éducation. A la tribune de la conférence sur « l’alliance éducative » animée par Eric FAVEY, secrétaire général de la Ligue de l’enseignement, il lance au public cette même interrogation et fait circuler une feuille où peuvent s’inscrire les personnes intéressées pour participer à de prochains débats sur les questions éducatives. Le nombre d’adresses email relevées permet de se lancer dans l’aventure. A la fin de la conférence, se réunissent les associations du CAPE (Collectif des Associations Partenaires de l’Ecole) qui valident le projet.

Daniel COMTE (mieux le connaître) recherche des partenaires acteurs, au-delà du soutien de principe du CAPE : ce sera CANOPE (réseau de création de d’accompagnement pédagogiques) et la DJSCS (Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale) avec son pôle PROJEC (promotion de la jeunesse et de l’égalité des chances – vie associative) qui valide les projets et actions de l’Education populaire. Un lieu de débat, cadré, organisé porté par une éthique et des valeurs. Ce temps de rencontre, le premier mercredi de chaque mois, réunit les
acteurs intéressés par les questions éducatives : personnels de l’éducation nationale, membres de réseaux associatifs d’éducation, parents d’élèves, agents de collectivités territoriales, des étudiants…

Cet événement est un lieu de débat, organisé, respectueux des personnes et mettant à la question des sujets d’éducation au sens large du terme. Le jugement d’autrui n’y est pas admis, les idées étant critiquées mais pas les personnes qui les émettent, écoute et bienveillance sont bien présentes.

Un comité scientifique se réunit une fois par an pour décider des thématiques qui seront abordées chaque mois et des intervenants possibles.

LE CAFÉ DE L’ÉDUCATION EST LIEU DE DÉBAT, ORGANISÉ ET RESPECTUEUX DES PERSONNES.

Une organisation pensée pour créer de l’intelligence collective. En introduction de chaque café, des rôles sont offerts aux participants volontaires : l’observation des notions abordées, l’observation de l’éthique, la gestion du temps en référence à un grand pédagogue du nom d’André de Péretti ; au fil du temps s’est ajoutée la cueillette de mots. Tous les cafés suivants vont fonctionner avec ces mêmes dispositifs. Des extraits vidéos, une communication d’une quinzaine de minutes par le(s) intervenant(s) et trois ou quatre questions vont permettre les échanges.

En fin de séance les retours des observateurs visent la mise en lumière d’une intelligence collective : les notions abordées restituées retissent le fil des échanges et le cheminement réflexif du groupe tel qu’il a été accompagné par l’animateur – modérateur, le correspondant académique du CRAP. Après le café, le P’tit grain lors du 1 er café, un compte-rendu a été adressé aux pré-inscrits et présents ; pour les cafés suivants, ce sera Le Ptit grain, une publication plus étoffée qui remplacera le compte-rendu et sera adressée, en destinataires cachés à l’ensemble des personnes qui se sont montrées intéressées par le café de l’éducation.

En juin 2019, après un peu plus de deux ans d’exercice, se sont déjà tenus 20 cafés de l’éducation et 18 P’tits grains ont été réalisés, le 19 ème est en cours.